×

Rentrée d'octobre : vos projets n’attendent pas ! Nous sommes à votre écoute pour vous accompagner.

admission-iicp
Portes Ouvertes
Découvrez l'école en ligne
 >>
description_picto
Admissions/inscriptions
à distance
 >>
description_picto
Rentrée octobre
Inscrivez vous maintenant !
 >>

Pour toute demande spécifique, n’hésitez pas à contacter directement notre service admissions.

Un challenge plurimédia sous haute tension

09/04/2021

Du 1er au 5 mars dernier a eu lieu une nouvelle semaine de challenge plurimédia. À cette occasion, les étudiants de première et deuxième année de journalisme ont pu mettre en pratique les compétences et connaissances acquises au cours de leur formation.
Ce challenge plurimédia fut aussi une grande première pour nos étudiants en journalisme qui ont rejoint l’IICP à l’occasion des rentrées de février (rentrée décalée).
Ensemble, ils ont dû traiter du sujet suivant : l’immobilier à Paris. Pendant toute la semaine, ils ont réalisé plusieurs formats (télé radio, presse écrite) pour ensuite les présenter devant un jury final le vendredi.
Tout au long de cette semaine, ils ont été coachés en présentiel par nos intervenants Jérémy Felkowski et Vincent Martin, coachs durant cette semaine.

À cette occasion, Sonia, Laurianne, Baptiste et Charles qui ont fait équipe ensemble, reviennent avec nous sur leur premier challenge.

Bonjour à tous, tout d’abord, comment vous êtes-vous sentis en abordant ce challenge ?

Laurianne : Nous avons commencé les cours au mois de février. Au début, je pense que j’étais un peu stressée, mais c’était un super challenge. Ce petit stress, il vient du fait que l’on arrive, que l’on découvre l’école et son fonctionnement, on doit assimiler rapidement les bases des différentes matières.

Baptiste : Au moment des passages avec les coachs durant la semaine, on avait des remarques, mais elles étaient bienveillantes, car ils savaient que l’on débutait tout juste. Pour moi, le fait d’avoir un challenge de la sorte, c’est quelque chose qui m’a plu, ça nous montre le cœur du métier.


Comment s’est organisée votre semaine de challenge ensemble ?

B : Ensemble, on a discuté, on a posé les bases, sur la manière de faire, des rôles de chacun pour ne pas perdre de temps et que l’on réussisse au mieux. On était soudé, dès qu’il y avait quelqu’un qui perdait le fil ou avait un coup de moins bien, on était là pour que ça aille mieux.


L : Effectivement, nous n’avions qu’une semaine, donc il fallait que l’on aille vite et il fallait être organisé.

Charles : On a commencé à s’organiser pour la recherche de témoignages et d’intervenants ou encore des plans pour le sujet vidéo. Par exemple, nous devions avoir un ou plusieurs intervenants dans la vidéo, mais on n’avait pas les contacts, ça nous a forcé à trouver d’autres solutions pour réaliser le sujet et on s’en est bien sorti.

Comment avez-vous été accompagnés pendant ce challenge plurimédia ?

B : Nous étions accompagnés par des coachs qui étaient supers. Ils nous donnaient toujours des conseils avec des remarques, pour qu’on améliore certaines choses. Ils nous donnaient des pistes. Ils nous guidaient vraiment.
On avait la chance d’avoir plus de temps de coaching vu qu’on était rentré en février, c’était vraiment top.

C : Nous avions des séances de suivi obligatoires chaque jour, et en plus, Vincent Martin (coach durant le challenge) nous disait : « Si vous avez la moindre chose à me présenter, des demandes, vous venez et on en parle ».

Quel est votre bilan de ce tout premier challenge à l’IICP ?

Sonia : Au début ça pouvait être stressant, mais au fur et à mesure, j’ai vu des nouvelles choses, surtout avec mes camarades. C’est le côté esprit d’équipe qui ressort pour moi. On fait tous des efforts pour aller de l’avant ensemble.

B : Avant le début de la semaine, comme tout le monde, j’étais stressé. Mais plus les jours passaient, plus j’adorais ça.

C : J’ai beaucoup appris au cours de cette semaine, les points où je peux m’améliorer et ceux où j’ai des facilités donc ça a été très formateur comme projet. Ça a été une bonne semaine. Et pour nous tous, ça nous conforte dans le choix qu’on a fait de rejoindre l’IICP pour faire du journalisme.