×

Quels débouchés après le parcours Journalisme option Journalisme Sportif de l’IICP ?

01/08/2017

Les techniques journalistiques acquises par les étudiants de l’IICP lors de leurs études se traduisent par une culture générale riche et une certaine curiosité concernant l’actualité. Par ailleurs, ceux qui sélectionnent l’option journalisme sportif démontrent une grande connaissance de tous les sports, parfois même avec de profondes notions entourant une discipline de prédilection. 
Le parcours des étudiants en journalisme à l’IICP
Les étudiants qui souhaitent se spécialiser en journalisme sportif devront obligatoirement développer un savoir remarquable concernant les techniques qui entourent ce domaine afin de commenter les matchs, de faire du direct en radio ou de travailler sur le web live scoring. L’IICP permet aux étudiants de valider une formation journalistique en quatre ans avec le choix d’opter pour une spécialisation sur la thématique sportive la dernière année. Ils obtiennent alors le titre de journalistes de niveau II certifiés par l’État. Après le niveau bac+2, de type BTS ou DUT, la licence professionnelle qui équivaut à un bac+3 peut être intégrée. Les détenteurs peuvent ensuite poursuivre leurs études avec un master. Une bonne raison pour intégrer la formation journalisme sportif ? Le master journalisme sportif peut être obtenu par les étudiants titulaires d’une licence généraliste en sciences humaines, médecine ou en droit issus d’écoles de commerce ou de communication et n’ayant jamais fait d’études journalistiques. Néanmoins, ces novices devront suivre des cours de mise à niveau, et ce, pendant deux années.
Les perspectives d’avenir et autres plans de carrière après l’option Journalisme Sportif de l’IICP
À l’aide d’un mastère spécialisé en journalisme sportif, les étudiants pourront devenir journalistes sportifs sur différents canaux et supports, par exemple en presse écrite ou sur le web, journalistes reporters d’images, photographes de presse, commentateurs sportifs, reporters à la radio, présentateurs, envoyés spéciaux ou même rédacteurs. Ils devront être capables de procéder à la couverture médiatique des rencontres sportives, du niveau local à international, pour espérer être journalistes sportifs. Ils devront également démontrer des facultés rédactionnelles pour pouvoir travailler dans la presse écrite, à la radio ou sur le net et ainsi analyser les enjeux avant les évènements sportifs en déterminant les pronostics avec précision. L’insertion professionnelle des journalistes débute couramment par un statut de pigiste. Ils se voient attribuer la tâche d’agir sur un ou plusieurs médias dans l’attente de décrocher un CDD ou un CDI. La presse écrite pourvoit bon nombre de postes, mais le développement fulgurant d’Internet traduit une recrudescence de la professionnalisation journalistique sur le web via divers réseaux sociaux, des sites Internet spécialisés, des magazines sportifs ou autres blogs.