×

Entretien avec Jérémy Felkowski, créateur du Printemps des Médias

09/07/2019
Le jeudi 27 juin, l’IICP accueillait pour la première fois entre ses murs Le Printemps des Médias. Un événement porté par son créateur, Jérémy Felkowski, alumni et intervenant à l’IICP. Jérémy a accepté de répondre à nos quelques questions et de nous apporter un éclairage sur ce beau rendez-vous annuel qui fêtait sa cinquième édition.

Bonjour Jérémy, co-fondateur du média Le Zephyr, alumni et intervenant à l’IICP, tu es également à l’origine du Printemps des Médias, événement annuel dédié aux jeunes pousses de l’information. Pourquoi avoir décidé d’y consacrer un événement ?
Depuis quelques années, des potentiels se libèrent dans le monde des médias. De petites équipes s'engagent et portent des projets éditoriaux souvent innovants, abordent des thématiques inédites, oeuvrent pour visibiliser les invisibles. Le Printemps des médias est là pour les valoriser, les soutenir et leur faire comprendre qu'ils ne sont pas seuls.

Pour cette cinquième édition, tu as souhaité que l’événement se déroule au sein de l’IICP. Qu’est-ce qui t’a motivé à faire cette proposition à la direction ?
L'IICP est une belle école. Elle porte, au creux de son ADN, une démarche tournée vers l'expérimentation, l'innovation et la création de projet. Ce sont des valeurs que nous partageons au sein du Printemps des médias. Ce partenariat nous semblait également logique sur le plan pédagogique. L'IICP compte dans ses rangs de nombreux éléments de qualité. Ses étudiantes et étudiants peuvent, au travers d'un tel événement, nourrir une réflexion sur leur futur métier, rencontrer des professionnels, découvrir une thématique ou un mode d'action.

 Cet événement a également été l’occasion de mobiliser une dizaine d’étudiants en journalisme de l’IICP pour couvrir l’événement. Qu’as-tu pensé de cette collaboration ?
Cette collaboration a été un vrai succès. Sous l'égide de Haussman Vwanderday, les jeunes journalistes présents ont accompli de belles choses en présentant des sujets de qualité, en imaginant des angles et des traitements inédits et, surtout, en se projetant dans cet événement comme de vrais professionnels.

 « Comment réenchanter le monde des médias », tel était le thème de ce Printemps des Médias. Une thématique forte face à un contexte parfois hostile. Quel était l’objectif principal de la table ronde consacré au sujet ?
La table ronde visait, en premier lieu, à dresser un état de la situation actuelle. En 2019, le monde des médias doit jongler entre une crise systémique, un déficit d'image, une paupérisation de ses représentants, une disparition progressive des points de vente... Mais il y a deux façons de réagir à une telle situation. On peut renoncer en écrasant une larme ou décider de relever le défi en valorisant les modèles alternatifs, en soutenant les porteurs de projets, en attirant l'attention du public sur ce qui marche quand-même, en exhortant les citoyens de prendre enfin leurs responsabilités dans la définition de notre avenir commun.

 L’un des moments forts du Printemps des Médias, c’est également la scène ouverte permettant à dix porteurs de projets de pitcher sur leur média. Comment les as-tu sélectionnés ?
En cinq ans d'existence, le Printemps des médias a vu passer des dizaines de porteurs de projets. Tous apportaient une coloration, une sensibilité, une particularité, au monde des médias. Ces créateurs ont commencé à former un réseau qui, année après année, s'étend. D'autres le rejoignent en nous sollicitant. D'autres sont détectés par mes soins. Leur point commun : l'originalité et la pertinence de leur concept.
 
D’ailleurs, l’IICP n’est pas peu fière d’avoir pu y voir trois de ses étudiantes en 4ème année de journalisme présenter Verum, comment se sont-elles retrouvées sur scène et qu’as-tu pensé de leur prestation ?
Les trois étudiantes qui ont présenté Verum sont sorties major d'un cursus que nous avons développé au sein de l'école. Entièrement dédié à l'entrepreneuriat des médias, il a permis, durant un an, à des étudiantes et étudiants de quatrième année de s'exercer au métier de créateur, de se pencher sur un plan de trésorerie, de définir une ligne éditoriale... Les conceptrices de Verum ont été les plus pertinentes. Et ça s'est vu sur scène.

Après 5 ans d’existence, quels sont les enjeux de l’événement et ses perspectives d’évolution/développement ?
D'ici quelques mois, le Printemps des médias deviendra une association indépendante du Zéphyr. Depuis les origines, le média indépendant des aventures humaines porte le projet avec ses partenaires et ses amis. Il est temps que ce beau concept vole de ses propres ailes. S'il est encore trop tôt pour la décrire avec précision, l'association respectera les engagements historiques du Printemps des médias : équité homme-femme, bienveillance, entraide, esprit d'innovation.